« Photographier c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l'oeil et le coeur. » Henri Cartier-Bresson

Presqu’île de Gâvres

Au creux de la vague

Je marche éternellement sur ces rivages, entre le sable et l’écume. Le flux de la marée effacera l’empreinte de mes pas, et le vent emportera l’écume. Mais la mer et le rivage demeureront éternellement. {Citation de Khalil Gibran}
.
.


Faire une pause s’imposait

Mais pas n’importe laquelle , une série de poses longues avec des réglages plus ou moins réussis mais ravie , je suis rentrée avec plein de bonheur dans la tête et les pieds trempés 😆

Et comme j’ aime partager mes joies , je vous ai choisi …Vous et oui pas de bol 😆

.


Galerie

Passeurs de Lumière_Août 2013


Blockhaus à la pointe de Gâvres-2

Retour ce week-end à Gâvres et pendant que Monsieur ramassait des coques et des palourdes , moi j’ai refaisais  le tour de la Presqu’île dans le sens inverse dans l’espoir de croiser un papillon , ma vue baissant sans doute je n’ai vu ici que ces blockhaus et un fauteuil qui me tendait les bras 🙂 mais en ajustant mes lunettes , j’ai pu remarqué qu’il était en plus mauvais état que moi 😆

.

.


La Rouille

Rouille rouille_2 rouille_3 rouille_4

.

.

Les dieux, les religions,
Les guerres de civilisation,
Les armes, les drapeaux, les patries, les nations,
Feront toujours de nous de la chair à canon
extrait  » Manhattan Kaboul » Renaud & Axelle Red

Suivre les rails

Mais s’arrêter à temps sinon c’est le plongeon assuré 😉

.

LES RAILS


Image

Blockhaus version N&B

blockhaus.N&Bjpg


Blockhaus à la pointe de Gâvres

Comme promis mais avec un peu de retard voici Pour Chatou 2 photos de Bunkers 🙂

.

blockhaus_2

.

blockhaus


Le Fort de Porh Puns

Située à l’embouchure de la rade de Lorient, la presqu’île de Gâvres a abrité plusieurs batteries cotières destinées à protéger la citadelle de Port-Louis et pendant la seconde guerre mondiale la rade de Lorient et sa base sous-marine.Le premier fort construit à Gâvres, en 1695, est le Port-Puce ou Porh Puns en breton, par décision du marquis de Lavardin, pour protéger Port-Louis. Il compte rapidement 10 canons et 2 mortiers. A la fin du XVIIIe siècle, il est doté d’un corps de garde intégré au rempart pouvant accueillir 60 hommes. Il subit quelques années plus tard des profondes modifications par l’ajout de terre et la construction d’un magasin à munitions.

.


Galerie

Repos bien mérité